Travail de nuit: effets secondaires assurés

Travail de nuit: effets secondaires assurés

Le travail de nuit est un sujet omniprésent dans ma vie car rien n’est plus réel pour moi que cet état de fait, si bien que deux ans et demi et 15 livres plus tard, j’ai décidé d’étudier le sujet en long et en large.

Si vous travaillez la nuit depuis un moment, il se peut que vous ayez vécu un ou plusieurs des symptômes suivants sans jamais les avoir associés à la perturbation de vos rythmes circadiens.  Contrairement à ce que l’on pourrait penser et à ce que vous disent certains collègues « super-héros », il n’est pas naturel pour l’humain de travailler la nuit.  Plus encore, vos activités nocturnes risquent de porter un sérieux préjudice à votre santé.

Diminution des contacts sociaux: Cela inclut les rapports de couple qui vont inévitablement en se raréfiant.  Si l’on parle de sexualité chez l’homme, le nombre de spermatozoïdes se trouve réduit de 29%. Les rapports sexuels sont moins fréquents et moins satisfaisants.

Cet horaire a également pour conséquence un partage des rôles différent dans le ménage et dans la famille.  Le conjoint qui travaille le jour a tendance a être celui qui prend les rendez-vous, assure les communications avec l’entourage, gère la vie scolaire des enfants, paie les factures, cuisine et s’attribue une plus grande part des corvées ménagères.  C’est davantage sur cette personne que repose l’organisation de la vie familiale.  Elle a également la tâche peu enviable de supporter le travailleur de nuit, avec tout ce que cela implique en termes de patience, de compréhension et de dévouement.  Et la solitude lui pèse parfois.  C’est comme une relation à distance.  C’est sans parler des amis qui s’éloignent car il n’est pas donné à tous de comprendre ce que vous vivez.

Troubles du sommeil : Insomnie, quand tu nous tiens!  C’est l’effet secondaire le plus redoutable car celui qui vous précipite dans un engrenage infernal.  Le sommeil ne se commande pas et la privation de sommeil entraîne avec elle une foule d’autres maux, dont la fatigue et la baisse d’énergie lors des activités.  Dormir moins de 6 heures par jour pendant une semaine nuirait à plus de 700 gènes dans votre corps.

Les troubles du sommeil réduisent la mémoire, la vigilance, la concentration et l’attention partagée, et multiplient par sept le risque de contracter une blessure ou d’avoir un accident de la route. Une seule nuit sans sommeil diminue la masse cérébrale!

sommeil2Il a aussi été démontré que le sommeil diurne n’a pas la même qualité, avec tout ce que cela entraîne comme conséquences à long terme.  Le rythme circadien contrôle notre niveau de cortisol, qui lui peut être associé à notre niveau de stress.  Or, ce taux est plus élevé le jour chez les travailleurs de nuit, ce qui est tout à fait contraire à la normale.  Cette hormone favorise l’endormissement.  La difficulté à s’endormir est l’un des motifs de consultation les plus fréquents chez les travailleurs de nuit.

De plus, d’après la National Sleep Foundation, ils ont deux fois plus de risques de souffrir d’apnée du sommeil que les autres travailleurs.

Troubles de l’humeur: Ils débutent en général par de l’irritabilité liée au manque de sommeil et de rapports sociaux.  Ils s’aggravent avec le déclin des capacités physiques et psychologiques.  Et malheureusement, ils se terminent en déprime ou carrément en dépression.  Une fois que vous êtes entré-e dans cette spirale, ne vous faites surtout pas d’illusions, tous les médicaments n’agiront que comme des catharsis tant que la cause du problème ne sera pas éliminée. 

Hypoglycémie et frilosité / chaleurs:  Les plus méconnus des effets secondaires, ils font partie d’un syndrome qu’on appelle plus souvent qu’autrement « la petite baisse du matin ».  Ils se manifestent principalement aux petites heures et l’on a tendance à croire que, parce que l’on a mangé, la merveilleuse machine humaine qu’est notre corps possède tous les matériaux pour fonctionner.  Ce n’est pas toujours le cas.  Il est alors adéquat de consommer une protéine. 

Perturbation de l’appétit: La majorité des travailleurs de nuit ont pour souci de profiter au moins un peu de la lumière du jour.  Aussi se lèvent-ils souvent pour le repas du soir pour retourner faire une sieste en soirée.  Cela signifie donc qu’ils prennent un repas le jour et les autres la nuit, ce qui est tout à fait inhabituel pour le corps humain, qui tente de s’y adapter tant bien que mal.  Mon propre exemple est évocateur: je suis passée de « pas faim du tout » la nuit à « faim tout le temps » en l’espace de deux ans.  En fait, mon cerveau ne sait plus au juste quand il a faim. 

Hypercholestérolémie et maladies du cœur: Selon que l’on travaille le jour ou la nuit, on ne se nourrira pas de la même façon.  Dans ce dernier cas, on aura tendance à choisir des aliments à consommation rapide, incluant souvent des nutriments de mauvaise qualité, et à manger à des heures irrégulières.  Par ailleurs, une étude suédoise a démontré que même si vous mangez exactement la même chose qu’une personne travaillant de jour, votre taux de cholestérol sera plus élevé.  La consommation de caféine est aussi de mise pour plusieurs personnes afin de favoriser l’état d’éveil.  Mais le sommeil de jour s’en trouvera bouleversé.  Le travail nocturne multiplie par quatre le risque d’AVC. Si vous faites un infarctus, vous avez 48% plus de risques d’en mourir et 15% plus si vous faites un AVC.

dreamstime_xs_39049500

Troubles gastro-intestinaux: Votre corps est fait pour assurer un métabolisme de base la nuit.  Ceux qui s’alimentent pendant ces heures censées être consacrées au repos souffrent le plus souvent de maux d’estomac et de reflux gastro-oesophagien, en plus de problèmes d’élimination intestinale.

Risque accru de cancer:  Des études démontrent que les travailleurs de nuit sécrètent moins de mélatonine, une hormone anti-oxydante dont l’un des rôles est de vous protéger contre le cancer.  Après étude du sujet, le Centre International de Recherche sur le Cancer de l’OMS a inclus le travail de nuit dans la liste déjà longue des agents cancérigènes potentiels. 

En regard de tout cela, travailler la nuit réduit l’espérance de vie globale de 5%, ce qui est loin d’être négligeable.  Tous les systèmes sont mis à contribution.  Même votre apparence change.  Votre peau, par exemple, vieillit prématurément.  En outre, vous devenez plus sensibles au rhume en réduisant la production de cytokines, d’anticorps et de cellules spécialisées dans la protection contre les infections.

Toute une société s’est construite autour des activités nocturnes, augmentant par le fait même le nombre des effectifs affectés à cette période.  Cette nouvelle agitation est là pour nous faire croire que nous avons choisi un mode de vie comme les autres.  Cependant, il n’en est rien.  Travailler de nuit nous fait cumuler des effets secondaires redoutables et ne peut donc pas être viable à long terme à moins de stratégies d’adaptation vraiment pointues.

Les spécialistes recommandent que les travailleurs de nuit soient exposés à une lumière vive pendant les six premières heures de leur quart de travail.  Ils devraient quitter leur lieu de travail avec des lunettes noires puis demeurer dans la noirceur pendant huit heures consécutives.  Il est donc essentiel d’avoir un environnement de sommeil adapté et que le téléphone soit débranché.  En somme, vous n’avez pas le choix: vous devez vous couper du monde pendant le jour comme le font vos concitoyens la nuit!



Commentez avec Google+!

Loading Facebook Comments ...

Laissez-moi un petit commentaire! Ça fait toujours plaisir.


Scroll Up