Y a-t-il des fantômes à Val-Jalbert ?

Y a-t-il des fantômes à Val-Jalbert ?

 

Val-Jalbert est un village-fantôme situé au Lac St-Jean, devenu un site historique très prisé avec les années.  Mais il n’en fut pas toujours ainsi: au début du 19e siècle, Val-Jalbert était un village industriel en avance sur son temps.

C’est en 1901 que Damase Jalbert fonde la Compagnie de pulpe Ouiatchouan et son moulin de pâtes.  Il recrute des investisseurs et récolte 15 000$ pour incorporer la nouvelle compagnie, la Ouiatchouan Pulp and Paper Co, et acheter un terrain sur lequel se trouvent déjà une maison, une usine de farine et de la machinerie.  La puissance de la chute d’une hauteur de 72 mètres, 20 de plus que les chutes Niagara, fournira de l’énergie pour faire tourner l’usine qui démarrera ses activités un an et demi plus tard.  La forêt dense offrira la matière première.  La rivière permettra d’acheminer les billots de bois à l’usine et l’on fera une nouvelle voie ferrée d’un mille de long qui reliera le village de Ouiatchouan (Val-Jalbert) à celui de Chambord.

Dans la pulperie de St-Georges-de-Ouiatchouan, on fabriquait de la pâte de bois mécanique.  La demande était grande, provenant surtout des marchés américain et européen.

 

La pâte de bois mécanique
La pâte de bois mécanique

 

Les familles débarquent.  50 ouvriers s’affairent à défricher, à aplanir le terrain, à construire l’usine qui fera 66 mètres par 20, un barrage de neuf mètres de haut, un mur de 120 mètres de long, ainsi qu’un petit hôtel et quelques habitations.

 

 

Au début, il n’y avait que quatre maisons doubles, mais le village prit de l’expansion.

 

 

Le fondateur du village, monsieur Damase Jalbert, décède à St-Jérôme-de-Métabetchouan en 1904.  Le village passe alors à des intérêts américains et l’entreprise propriétaire devient la Ouiatchouan Falls Paper Company.  Les nouveaux actionnaires souhaitent y produire également du papier mais ils manquent de capitaux et passent près de la faillite en 1907.  C’est Joseph-Edouard Alfred Dubuc, propriétaire de la Ouiatchouan Falls Paper, une filiale de la Compagnie de Pulpe de Chicoutimi, qui les en sauvera en se portant acquéreur de la majorité des actions dès 1909.

L’ambitieux homme d’affaires fera agrandir l’usine à trois reprises dans les 10 années suivantes et augmenter la production.  Malheureusement, il choisira de rompre son lien avec la compagnie en 1923 alors que le marché de la pulpe est en crise.  Il s’ensuivra une fermeture de 17 mois, période nécessaire pour écouler les surplus de production qui s’entassent.

Quatre mois après la reprise des activités, la Quebec Pulp & Paper Mills achète la Compagnie de Pulpe de Chicoutimi.  Il s’avère qu’elle n’a pas les reins assez solides financièrement pour supporter à la fois les usines de Chicoutimi et de Val-Jalbert.  Elle doit en fermer une et le choix se porte sur celle dont les ouvriers auront moins de difficulté à trouver un nouvel emploi.  C’est ainsi que le 13 août 1927 à minuit, l’usine de Val-Jalbert met définitivement un terme à sa production.  L’aventure n’aura duré que 26 ans en tout.  De plus de 1000 habitants en 1927, Val-Jalbert n’en comptera plus que 39 en 1959.  Les pères de famille tentent d’assurer leur subsistance autrement.  L’agriculture est l’un des moyens qu’ils envisagent.

 

 

Mais ils finiront tous par renoncer.  Le plus triste est que ces familles partent en laissant derrière eux leurs maisons avec de nombreuses possessions, un mode de vie confortable et un cimetière où les leurs sont enterrés.  C’est sans parler des précieux surprises de la vie sur place.

De nos jours, on trouve de nombreux témoignages de ce mode de vie.

 

Le bureau de poste
Le bureau de poste restauré qui était tenu par une postière cherchant mari. On l’y imagine encore.

 

Une chapelle a été inaugurée en 1903, mais il faut attendre 1911 pour qu’un premier curé résident soit nommé dans la paroisse et que des registres soient ouverts.  La religion tenait en respect ses fidèles.  Le surintendant de l’usine et le curé du village avaient d’ailleurs une fâcheuse tendance à se « tirailler ».  Les ruines de la première chapelle se trouvent encore au coin de la rue Saint-Georges et du sentier du Belvedère.  Celle-ci fut la proie des flammes.  La première église fut érigée en 1911.  Les services religieux cessèrent d’être célébrés deux ans après la fermeture de l’usine et le bâtiment, alors vide, fut démoli en 1932.  On raconte qu’un certain hiver au milieu des années 20, le presbytère de Val-Jalbert fut déménagé sur les eaux glacées du lac St-Jean vers la nouvelle paroisse de St-Edmond-des-Plaines.  Certaines pièces de bois de l’église et son ameublement en entier, y compris les bancs, y furent acheminés dans les années suivantes.

 

Il suffit de visiter Val-Jalbert pour y sentir l'âme des personnes qui l'ont habité.
Il suffit de visiter Val-Jalbert pour y sentir l’âme des personnes qui l’ont habité.

 

 

On peut imaginer la vie sur place.
La vie sur place était plus aisée que dans les grandes villes.

 

 

Les résidents nous invitent à les visiter, comme leur famille aimait venir goûter aux commodités modernes.
Les résidents nous invitent à les visiter, comme leur famille aimait venir y séjourner pour goûter aux commodités modernes.

 

 

On peut imaginer la maîtresse de maison dans sa cuisine: on avait l’eau courante.

 

 

Beaucoup de produits de consommation courante était fabriqués dans ces cuisines.
Beaucoup de produits de consommation courante était fabriqués dans ces cuisines, grâce à l’eau et à l’électricité dans les maisons.

 

 

Le propriétaire de cette maison, M. Henri Thibault, nous montre sa machine à laver "neuve", une Panasonic.
Le propriétaire de cette maison, M. Henri Thibault, nous montre sa machine à laver « neuve », « une Panasonic ».

 

 

En-dehors du travail, il s'occupe à des tâches utiles. On le voit ici sculpter un crucifix de bois.
En-dehors du travail, il s’occupe à des tâches utiles. On le voit ici sculpter un crucifix de bois.

 

 

 

Ces murs ont sûrement beaucoup de secrets.
Ces murs ont sûrement beaucoup de secrets.

 

Voici l’image qui m’attendrit le plus, celle qui évoque le mieux pour moi cette vie d’autrefois.  J’imagine les enfants qui sont nés ici, qui ont vécu ici, qui se sont bercés dans cette petite chaise.  Certains n’ont pas eu la chance de survivre puisque la grippe espagnole frappa le village de Val-Jalbert en 1918.  Elle y fit 14 morts en 15 jours, en majorité des bébés de moins d’un an et des femmes enceintes.  Le petit cimetière est toujours là: il compte 267 sépultures dont 124 bébés de moins d’un an.

 

Une chaise berçante en bois, probablement cadeau d'un père à sa fille, qui suscite en nous tant d'émotions.
Une chaise berçante en bois, probablement cadeau d’un père à sa fille, qui suscite en nous tant d’émotions.

 

La Congrégation des Soeurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil de Chicoutimi s’établit dans le village de St-Georges-de-Ouiatchouan en 1913, soit deux ans avant qu’il ne s’appelle Val-Jalbert.  Le rez-de-chaussée de ce nouveau couvent-école comprendra quatre salles de classe et les religieuses logeront à l’étage.

 

Le magnifique couvent-école restauré que l'on peut visiter à sa guise. On peut même aller en classe avec les élèves!
Le magnifique couvent-école restauré que l’on peut visiter à sa guise. On peut même aller en classe avec quelques jeunes écolières!

 

 

On a réuni des enfants de l'époque de Val-Jalbert qui témoigne de leur vie là-bas. Émouvant...
On a réuni des enfants de l’époque de Val-Jalbert qui témoigne de leur vie là-bas, émouvante vidéo projetée dans l’une des maisons.

 

Les noms des habitants sont tous inscrits dans les registres ou sur l’une de ces affiches commémoratives.

 

 

Un spectacle immersif hyper-réaliste est projeté sur trois murs de l’usine qui contenait le fameux défibreur, un appareil qui avait pour vertu de pousser les billots de bois afin qu’ils soient tranchés finement puis réduits en pulpe.  Des comédiens incarnant de véritables résidents de l’époque nous racontent leur vie: les nombreux accidents de travail, l’incendie de l’église, la grippe espagnole, la vie au moulin, etc.  Il y a aussi une vidéo dans une autre salle où l’on raconte les événements sous l’angle du développement hydroélectrique.

 

La machinerie, de nos jours…

 

Des comédiens du village historique donnent un spectacle apprécié des visiteurs.  Ils relatent la vie à Val-Jalbert avec une touche d’humour.  Parfois, les points de vue sont différents selon que l’on est représentant de la foi, ouvrier, jeune fille à marier, enfant ou commère du village!

 

 

Je ne vous le cacherai pas, il a plu pendant une partie de la visite, mais cela en valait la peine.  Aucun moyen n’est épargné à Val-Jalbert pour placer le visiteur dans le contexte de l’époque et l’on a l’impression de se sentir réellement habité par l’esprit de ce village et de ces gens.  J’ai entendu bien des histoires de fantômes sur Val-Jalbert.  Faut-il y prêter foi?  J’aime à penser que les âmes de celles et ceux qui ont vécu là y sont retournées après leur mort…

 

 

 

 



Commentez avec Google+!

Loading Facebook Comments ...

Laissez-moi un petit commentaire! Ça fait toujours plaisir.


Scroll Up